accueil     //       spectacle(s)     //     action artistique     //      compagnie     //      images et sons     //      calendrier  

 

Il s’en passe des choses

Sous les paupières closes

Des enfants endormis


Ils s’en vont les pieds nus

Dans leur chemise claire

Loin des chambres trop belles


Légers comme des plumes

Leur corps flottant, menu

Dans le souffle du vent


Et dans l’air noir remuent

Les mille petits bruits

Qu’ils font en se sauvant 


Cette petite fille

Court le cœur battant

Et les bras grands ouverts


Elle court vers l’inconnu

Sur les sentiers se perd

Chevauche le grand cerf

Chanson

Sous les paupières closes des enfants endormis


Texte   Véronique Borg • Musique  Jean Lucas



Se love dans un terrier

pour croquer une noisette

Et repart en sifflant


Ce petit garçon-là

Grimpe sur la canopée

S’en va toucher le ciel


Il tutoie les oiseaux

Écoute leur secret

Puis redescend sur terre


Entre dans une hutte

Où brille une lumière

Et où chauffe un bon feu


Il s’en passe des choses

Sous les paupières closes

Des enfants endormis


Quand viendra le matin

Ils se réveilleront

Et ils crieront “J’ai faim  !“

La noix



Il fait noir dans la nuit

Il fait nuit dans la noix


Dans sa coque bien solide

On se sent à l’abri

Lové au creux de ses plis

Bien calé contre le gras de ses côtes

Concentré rassemblé


Yeux grands ouverts

Oreille tendue

On peut y chuchoter

Car la noix intimement froissée

garde bien les secrets


Le bonheur s’y cache

Tranquillité à l’intérieur de la noix


...


Il fait noir dans la nuit

Il fait nuit dans la noix

Tranquillité à l’intérieur de la noix


Sauf si quelqu’un cherche à l’ouvrir

Quelqu’un de maladroit

Supposons qu’il s’empare… d’un casse-noix

Serre le fruit à coque dans les mâchoires de fer

Le fracasse, provoque le tonnerre

Dans un craquement funeste, la noix se brise

La nuit se broie

La lumière y déferle, s’y engouffre comme l’éclair

La foudre s’abat

Et c’est tout un monde qui vole en éclats


Récit


Noir

Une petite fille marche dans la forêt



C’est l’été

Le tissu léger de sa robe danse autour de ses mollets blancs

Elle porte un manteau un sac sur son dos et de bonnes chaussures

Elle avance avec la belle vaillance de ses petites jambes

Elle voyage depuis longtemps déjà. Dans sa poche roule une noix douce comme un caillou

...


Le vent joue dans les feuilles, le vent joue dans sa robe

Le loup, l’ogre et la sorcière hantent les bois et rôdent.

Mais il y a cette lune qui se penche vers elle, il y a les étoiles qui filent le noir du ciel… Elle se mêle à l’air et se laisse happer.